Articles

Shan-Sa impératrice, et la suite

SHAN SA « IMPÉRATRICE » 64 06 28 38


Notez que nulle part nous n'avons décelé d'anachronisme, que ces mémoires ont été imaginés dans le ton et dans la pensée du siècle et du rang social. Ce n'est pas là un mince compliment ; « Par-delà le sceau de l'Impératrice Suprême, il y avait le sceptre d'une grande prêtresse qui incarnait la Justice Divine. « L'an quatrième de l'Ère des Bras Baissés et des Mains Jointes, je chargeai un religieux, le maître des moines, Scribe de Loyauté, d'abattre le grand palais des réceptions, situé à l'entrée de la Cité Interdite, et d'élever sur ses ruines le temple de la Clarté qui abriterait le sanctuaire sacré. Projet avorté au temps de mon époux, il serait mon chef-d'œuvre. Son édification rendrait les querelles humaines dérisoires. Appelé par la force divine, tout un peuple s'embraserait pour atteindre le ciel. » Réflexion un : à présent que mon époux est mort, je vais pouvoir repeindre la chambre à …