Articles

Sacré Charlemagne

Image
Charlemagne n'a pas inventé l'école. Il n'a pas non plus préfiguré l'Europe. Il a plutôt succédé aux empereurs de Rome, jetés bas en 476, trois siècles plus tôt. Le survivant de ses fils, Louis le Pieux ou le Débonnaire, laissa trois territoires après sa propre mort : Louis le Germanique à l'est, Lothaire l'aîné au centre, Charles le Chauve dans ce qui deviendra la France. Donc, indirectement, Charlemagne a créé la France et l'Allemagne, piliers paraît-il de l'Europe actuelle. Mais de son vivant, Charlemagne était le roi des Francs, succédant à son père Pépin III dit le Bref, de la famille des Pippinides. Il transporta la capitale à Aix-la-Chapelle, en territoire germanique, déplaçant ainsi le centre de gravité de son royaume. Le volume que nous avons en main, signé Bruno Dumézil, cousin éloigné de Georges et, quant à lui, historien, fait partie d'une collection dirigée par Max Gallo, docteur en histoire. La collection s'appelle "Ils ont …

Rêves de con

Image
vers le 63 04 25 Je rends visite à ma grand-mère paternelle, dans un bel appartement urbain. Elle se montre à son avantage, avec de beaux restes pour une femme hors d'âge. Elle reçoit maintes personnes et nous la quittons enchantés. Ensuite, de retour à la même maison que dans d'autres rêves. Le jour est levé mais les volets sont restés fermés, avec la lumière visible de l'extérieur. Je suis avec Sonia et la prie de ne pas répondre aux coups de sonnette ou dan sles volets. A la fin, me rendant compte qu'on ne cessera pas le tapage, j'entrouvre des volets et me trouve face à face avec un travailleur immigré arabe ou indien, effaré. Je lui demande ce qu'il veut, "rien, rien" répond-il en reculant, effaré. Il voulait peut-être simplement que je déplace ma voiture afin de permettre le travail sur un chantier dans la rue devant chez moi.
63 06 04 Rêve où je suis à trois reprises allongé avec ma mère sous forme d'énorme bloc de viande grossièrement équa…

Ce serait comme si on parlait de Thucydide

Image
Il s'agit de la traduction de Roussel, plus fluide. Ce texte de Thucydide se lit lentement. Sinon ça coule tout seul, c'est dégueulasse. La couverture de ce livre de poche « Classique » présente une redoutable simplicité. Les motifs s'en détachent sur fond blanc. Au sommet, un liseré pourpre pâle, bien net, et une bande blanche, nette au-dessus, rugueuse au dessous. Un tracé vert cyanéen en effet, comme tracé au pinceau, laisse une trace capricieuse mais sans trop, dans un souci de reconstitution cnossienne, et déroule vers le bas trois boucles pointues en forme de vagues dextrogyres. Cela donne sur le blanc, et à l'endroit cette fois, trois creux de vagues symétriques, mais qui pourraient aussi bien représenter à leur tour des vagues qui se lèvent, empanachées d'écume. Donc, le creux et le relief s'intervertissent en fonction du regard. Il me semble que cette frise était adoptée à Cnossos, du moins ce qu'Evans a pu en épargner. En bas de la couverture,…

Quai d'Ajaccio, nuit

Image

Un peu de pub

Image
DER GRÜNE AFFE - LE SINGE VERT Nr/N°103 haro shébétsi (tzigane) Rédaction-édition-diffusion KOHN-LILIOM dit COLLIGNON œuvres dans "In Libro Veritas" courriel colber1@laposte.net Citation 1224 Je n'appartiens à aucun parti : je n'ai pas de drapeau, je hais tous les drapeaux, y compris le drapeau rouge. Je suis un bourgeois, et ne mets pas un faux nez de prolétaire DARIEN (1861- 1921 ) CCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCCC



LA FEMME, LE PRETRE ET LE PSYCHIATRE incipit (prononcez "inssipitt" bande de sauvages on ne dit pas "l'alboum" ni "le calcioum" ; je t'en foutrais moi de la prononciation "latine". Quand on ne sait plus le latin on ferme sa gueule) Le jour de mes cinquante-six ans je me suis pris une grosse claque dans la gueule. Je reviens du travail et qu'est-ce que je trouve chez moi, deux arnaqueurs du genre à m'emprunter sept briques remboursables au compte-gouttes en criant misère tous-les-mois-quand-j'y-pense, to…

Les faux repères

Image
R. 20 : Je ne peux jouir qu'après Lazare ? Djanem, si tu retournes à cet homme, je te pourrirai la vie. Te-Anaa est un homme, et ma Vieille Maîtresse façon Barbey. Rudi, son amant actuel, se montre fragile et prévenant. Je n'ai été "ni le premier, ni le dernier" : ma foi si. Défense de porter son écharpe et sa cicatrice.
R. 21 : Mon père et le rouleau de la machine à écrire. Ma justification de voyeurisme devant Fleur-de-Pipe. Lazare est à goche ; "des logements pour les Roms !"

R.22 : Trois mois pas plus pour un amour. Le harnachement grotesque de C. F.
R. 23 : “Tu ne connais rien aux femmes, rien aux hommes, rien à la vie”. Lazare et moi nous séparons comme un fleuve à la fourche d'un delta. Le colonel à table. . Celle du baigneur : il faut agir. La connerie de mon choix conjugal. Mon ingratitude humaine.
R. 24 : Fausse piste de la Salvadorienne. Je ne ris qu'avec toi. La fiancée de Hölderlin. La fosse à radio garnie de filins. Le coup de télépho…

Monsieur Ouine

Image
Monsieur Ouine de Bernanos, mauvais titre, évoquant la stupidité méchante, une porte qui couine sur un insecte qu'elle écrase : pas porteur, pas vendeur. 1946, sale époque, épuration, suspicions, accusations gluantes et insaisissables. Antisémitisme peut-être de l'auteur, curaillerie, soutane et dessous mal lavés, prof mal fringué en habits de velours et à gros souliers. Qui flaire son nez partout, se lave peu, éructe et grogne et bande dans ses humeurs gluantes. Guéret : Chaminadour, bled infect selon Jouhandeau, lieu où je l'ai lu, peu inspirant, car la campagne est belle mais la ville sans attraits pour moi, pour moi vous dis-je et c'est assez. Présentation confuse des personnages écrivis-je sur ce livre de poche au temps où l'on publiait pour de bon, et de ce premier pas glissant j'ai dérapé tout du long de l'œuvre sans y rien comprendre, sans y vouloir rien comprendre, et l'ai fini de même en poussant un grand ouf intérieur. Puis je subis une infl…